ARMANI SAC JEANS 5 L 20 H P 12
ARMANI 5 H P JEANS 20 12 SAC L ZwzTdxTq ARMANI 5 H P JEANS 20 12 SAC L ZwzTdxTq ARMANI 5 H P JEANS 20 12 SAC L ZwzTdxTq ARMANI 5 H P JEANS 20 12 SAC L ZwzTdxTq

ARMANI 5 H P JEANS 20 12 SAC L ZwzTdxTq

Ecrit par Thomas Besch-Kramer 30.08.18 dans Nouvelles, La Une CED, Ecriture

 

« Pourquoi gémir, ô mon âme ? », extrait du Psaume 42… Pourquoi écrire mes plaintes, mes ressentiments, mes regrets ? Alors, aujourd’hui, cela semble se calmer… Le voyage vers La Réunion et ma chère sœur – mon âme sœur –, accompagné par maman, m’attend et m’apaise.

Ecrire est un dérivatif aux voyages, aux rencontres humaines. Et le grand voyage, celui annoncé par le facteur par « Nos condoléances », est inscrit dans mon stylet, dans cette page.

J’ai posé une goutte de café sur une feuille blanche : elle imprime sur les deux faces de la feuille son auréole brun-marron. L’écriture à lire dans les deux faces : recto et verso ?

Le droit et l’avers, pas sur la tranche. L’écriture est « imminemment » plane et physique. Longtemps, j’ai cherché et trouvé dans la polysémie du droit des raisons d’exister.

Ce jour, je réalise, je rends compte qu’il y a l’avers des choses… la face cachée de la Lune, le côté obscur de la force, la dépression et le Grand Mal. Ce n’est pas trop tôt ! A quarante-huit ans !

Depuis mes vingt-sept ans, la nuit s’est infiltrée dans ma vie. Dans ce sombre-obscur qui s’étend d’années en années, j’essaie de trouver une place, un sens à la Vie. Les étoiles sont invisibles dans le jour solaire. Et j’étais un tempérament solaire… Quelle est donc l’influence de la Lune sur mon écriture ? Elle retire et ressasse les marées ; n’a-t-elle pas d’influence sur la main, le cerveau et l’encre du stylo ?

Enfin, ce matin, j’ai l’impression d’avoir un cerveau lent : je cherche des idées ; elles ne virevoltent ni ne s’imposent plus comme les lais et relais de la mer.

C’est l’étale et la couche d’encre se plie sur la feuille, majuscule et support, sable strié de traces de coquillages à marée basse.

Les idées seraient ineffables, elles existent en ciel, et la conque des mollusques les rend matérielles, physiques, terrestres et marines, par le tracé du stylo…

Des coquillages de mots pour des idées creuses… Pourquoi passer par la métaphore maritime filée pour saborder le singe : enlever le singe qui est agrippé sur mes épaules ?

Respirer…

5 SAC 20 L P H 12 ARMANI JEANS Il n’y aurait pas qu’une seule personne dans ma tête… ? J’aurais été visité par d’autres âmes… ? Je est un autre ; je est plusieurs… L’inspiration de la Muse disparaît pour laisser la place aux influences, aux fluences, au flux de l’eau salée…

Sur le sable, la lie de la terre se découvre : je peux lire les rivages.

Les Marins colportent que les cris de mouettes sont l’appel des âmes des Marins perdus ou défunts.

Et le goéland Jonathan essayait de voler par l’esprit : cela m’a marqué dans l’enfance. Dans le lit de mes parents, blotti, j’essayai de m’envoler dans ma tête… !

C’est tout à fait, plus de quarante ans après, le trouble psychique, la maladie mentale qui m’atteint : je dis « vagues ».

Je suis ma maladie, entièrement, recto et verso + les quatre bords. Et pourtant, je veux croire qu’il y a un Au-Delà à ce symptôme. Une fuite, un secours, une bouée jetée en ma direction. Pleutre, je le deviens. Le courage solaire s’en est allé. Comme un mirage, en rafales, sans étendards ni plus de Croisades sur Crusader…

Pascal Fauret m’a entendu parler de mes tensions et crispations patrilinéaires. Il ne pouvait plus m’aider ; les vols étaient voués à l’échec. La Kryptonitepaternelle me dessoudait.

Il y avait, dans ce monde aérien, deux hommes : l’un pilotait, l’autre écoutait des histoires de pilotes. Je n’ai pas choisi : je suis devenu fou, schizophrénie du pilote de chasse (élève-pilote). Les hommes aux blousons gris-bleu de mer m’ont alors sauvé de la mort et du suicide militaire. Tout comme j’ai sabordé ma carrière militaire, j’ai ensuite sabordé ma carrière universitaire, et je peine à retrouver une carrière littéraire.

toile bag pitch gris recycle en Tote choco 4nwHWERqwx

Je nage vers une bouée de sauvetage :

« Save Our Souls ! S.O.S. ! »

Quand ai-je vendu mon âme à Dieu ?

Hier soir, encore, quand je déposai de la monnaie petite pour une bougie à Marie et à Son fils ? On dirait que j’achète ma santé, mon mal…

J’ai pissé jaune. Je me rappelle le flacon d’urine à garder au chevet du lit pendant ma première hospitalisation psychiatrique à L 20 5 P ARMANI JEANS SAC H 12 Alta Bates, Berkeley, Etat de Californie…

Encore une fois, je me mentis à moi-même et ne trouvai plus que dans la bouffée délirante une voie de sortie : j’avais déçu Sam’ et sa famille américaine. Elle devint cruelle et je devins fou : astronaute !

Je perdais mes repères, je renversais sur mon âme ma colère, mes peurs, mes regrets, mes frustrations. La vie de l’âme, dans mon cas, est le thermomètre de mes fautes.

Le lieu où j’ai enfoui des choses inavouées, inavouables, affiliées à ma condition de fils du Père.

Et passer de la filiation du fils au statut de Père, à mon tour, je ne le pus. Sam’ en décida autrement. Je n’aurai pas de filiation vis-à-vis de « ma » fille. Sam’ m’en voulut quand elle décela que j’eus souhaité un garçon… mais ce n’était pas dans l’ordre des choses sacrées de la Chasse. Je refusai même sa proposition indianisante de prénommer Lil’ Dakota : le nom d’un avion ! Le fameux DC3 !

Je perds mon aisance et mes réflexes de pilote, de super-héros volant.

Alors rechercher un métier humble : facteur. Je ne le puis pas. Serveur, je l’ai été et je ne le puis plus. Ecrivain, coquette, homosexuel : est-ce fini ? Vivre ou écrire, est-ce là le dernier mot ?

P H ARMANI 12 20 JEANS SAC 5 L Il est difficile d’écrire ; mais il est encore plus difficile d’attraper « ses » pensées ! Suis-je en train de devenir une épuisette à idées ?

Je puise dans le fond noir, le fond obscur des tableaux de Rembrandt, alors que j’aspirai à la blancheur calcaire des murs de Lascaux.

Ecrire le Noir quand on s’appelle Besch… bêcher la terre… Commandant Béchet sur Boeing 747… Que de souvenirs pour une âme si veule !

Est-ce que j’ai seulement voulu exister quand la Vie m’apparaît si difficile ? Mes Parents ont souhaité, prié et désiré mon existence et celle de mes frères et sœur. Qu’ai-je voulu dire en offrant à Dieu Lil’, fruit d’une union que je croyais sacrée ?

Les enfants Sacrés viennent-ils au monde ou bien – ou mal – les Parents les poussent-ils à venir au monde ? Là, encore, je n’avais pas la décision… écouter un Prêtre, écouter un Père avisé…

Marie et Joseph n’ont pas décidé de faire venir au monde Jésus : une histoire d’Esprit Saint… Celui qui voyage comme le Vent et s’en va annoncer par monts et par vaux la bonne nouvelle Divine…

Comment croire à l’irrationnel, au surnaturel Divin : Jésus, c’est Superman, je suis un tocard et Lil’ était mon à-venir.

On peut croire et savoir que l’on ne connaît pas tout, c’est la définition même de la Sagesse humaine face au défi de l’Emmanuel, de l’Univers donné à un couple, Eva et Adam…

Les Anges y sont les facteurs. Mais les Anges de la Mort, les Anges du Noir-obscur, qui sont-ils ?

Pourquoi as-tu gémi, ô mon âme, en ces pages sacrées ? La recherche du pouvoir serait le ressort caché de la face cachée de la Lune ? Alors que bien des hommes recherchent la protection, l’amour de leur famille et un bon repas entre amis ?… Non, je crois que le mal, la Kryptonite, n’est pas le pouvoir absolu. Il y a autre chose.

L’avers au verso de cette feuille est incompréhensible par transparence. Par un effet-miroir le cerveau restitue le sens des mots dans la symétrie visuelle. Le Noir, c’est autre chose ; c’est l’engrais, l’humus, la décomposition fertile de mon arbre neuronal. Je me nourris de mes déchets ? Urine et fèces et sang entourent la naissance des enfants vinéens. Urine, fèces et sang pour vivre, pour survivre ? Ouh la la ! Il est temps que je parte en Voyage !!

 

12 5 SAC JEANS ARMANI H L P 20 Thomas Besch-Kramer

 


  • Vu : 301

A propos du rédacteur

Thomas Besch-Kramer

 

Lire tous les textes de Thomas Besch-Kramer

 

Lauréat du Conseil International d'Etudes Francophones (Ottawa, 2005), je ne cesse d'interroger l'art, les sciences et les religions sur les questions du bien, du mal. J'ai fréquenté les cieux avec l'aviation et les langues avec l'enseignement.